Une réflexion au sujet de « Tal WILKENFELD »

  1. Ça se passe de commentaires. Pour l’humble bassiste que je suis,il serait plus facile de faire le
    Mont-Blanc en tongues,que d’arriver à la moitié de sa virtuosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.